Qu’est-ce qu’une huile essentielle ?

Ce guide sur les huiles essentielles vous permettra de connaître leurs bienfaits thérapeutes.

Pour commencer, voyons la définition de l’huile essentielle. Appelée parfois essence végétale, l’huile essentielle est une essence volatile extraite d’une partie de plantes aromatiques qui peut être les feuilles, les fleurs, l’écorce, le bois, le zeste, les graines, les baies, les fruits, le bulbe, la racine, les bourgeons… Elle est obtenue par extraction mécanique, distillation à sec ou entraînement à la vapeur d’eau.

Les huiles essentielles sont utilisées dans l’aromathérapie pour leurs bienfaits sur la santé, le bien-être et la beauté. En effet, composées à 100 % de principes actifs (molécules terpéniques et aromatiques), elles ont des propriétés thérapeutiques avérées. Toutefois, les conditions dans lesquelles l’huile essentielle a été produite jouent également un grand rôle dans sa qualité : méthode et durée de distillation, le moment de la journée où elle a été récoltée, l’année de production, etc.

Les huiles essentielles sont utilisées depuis des millénaires dans différents pays du monde entier : Égypte, Chine, Inde, Grèce, Amérique et Afrique avant de tomber dans l’oubli. Grâce à l’aromathérapie, elles sont de nouveau au centre de l’attention et sont utilisées par des milliers de personnes pour leur pouvoir thérapeutique élevé.

Pour la minute info, huile essentielle vient du latin « essentia » qui signifie « nature d’une chose ».

Huiles essentielles

Les huiles essentielles, comment ça marche ?

Chaque huile essentielle a une composition biologique unique selon la plante dont elle est extraite. C’est ce qui fait que chaque essence a un usage spécifique. Par exemple, l’huile essentielle de Ravintsara permet de traiter les affections bactériennes et virales, l’huile essentielle de lavande fine est anti-inflammatoire et antispasmodique…

Les huiles essentielles peuvent être utilisées de différentes manières pour prévenir certaines affections ou soigner les petits maux du quotidien. Dans tous les cas, elles doivent pénétrer dans l’organisme pour entrer en action :

  • En inhalation : ajoutez quelques gouttes d’huile essentielle dans de l’eau bouillante, puis inhalez la vapeur qui s’en dégage. Vous ressentirez instamment un sentiment de légèreté et de bien-être.
  • En diffusion : de l’huile essentielle diffusée chez vous créera une ambiance olfactive différente et stimulera des émotions. Plus encore, elle favorisa la production d’hormones et de substances immunitaires.
  • En usage externe : l’application d’une huile essentielle sur la peau permet de faire pénétrer le produit en profondeur pour bénéficier de toutes ses vertus thérapeutiques. Ainsi, en cas de bouton d’herpès ou de douleur sur une zone définie, il suffit d’appliquer l’huile essentielle directement dessus. Dans ce cas, l’huile essentielle devra être utilisée avec une huile neutre.
  • En cuisine : l’huile essentielle devra également être mélangée avec de l’huile neutre. Par exemple, de l’huile essentielle de basilic avec de l’huile d’olive pour créer une saveur originale. Attention, l’huile essentielle ne devra être intégrée dans la préparation culinaire qu’une fois que celle-ci est terminée.
  • Dans un bain : pour apaiser et se relaxer. Encore une fois, l’huile essentielle devra être mélangée avec une huile neutre.

Il est également possible d’ajouter de l’huile essentielle aux produits ménagers pour un ménage écologique et sain.

L’aromathérapie c’est quoi ?

Eh bien, c’est l’art de soigner par les huiles essentielles. L’aromathérapie est une branche de la phytothérapie.

Sachez que l’utilisation des huiles essentielles dans des cosmétiques, que ce soit dans les produits tout prêts ou DIY s’appelle l’aromatologie. Et quand on utilise les huiles essentielles seulement pour donner une odeur à une préparation, on parle d’aromachologie.

Véritables médicaments ?

Comme des médicaments, les huiles essentielles doivent être prises selon des posologies bien précises. C’est ce qui les différencie d’un médicament classique, qui lui, se concentrera sur un problème. L’huile essentielle, elle a un plus large spectre.

Ne pas confondre huile végétale et huile essentielle

Malgré leurs noms assez similaires, ce n’est pas du tout la même chose. En effet, leurs compositions et leurs propriétés sont différentes.

Plus généralement, les huiles végétales viennent de l’expression à chaud ou à froid des fruits oléagineux ou des graines, tandis que les huiles essentielles viennent de l’extraction d’une partie de plantes aromatiques. Ainsi, les huiles végétales ont une texture huileuse, ce qui n’est pas du tout le cas des huiles essentielles.

En outre, les huiles végétales contiennent des vitamines, des minéraux et des acides gras. Elles ont des propriétés nutritives, adoucissantes, protectrices et régénératrices. L’huile de ricin, l’huile d’amande douce, l’huile d’argan, l’huile de jojoba… sont des huiles végétales.

Quelle différence y a-t-il entre l’hydrolat et l’huile essentielle ?

Une autre minute info. Hydrolats et eaux florales désignent la même chose sauf que les eaux florales sont issues des fleurs et les hydrolats des plantes.

Pour revenir au sujet, les hydrolats ne sont pas des huiles essentielles, et sont très différents de par leur mode d’obtention et leur composition. En effet, les huiles essentielles sont issues de la distillation des plantes aromatiques à la vapeur d’eau. Ainsi, elles sont un concentré des molécules aromatiques présentes dans la plante. De leur côté, les hydrolats sont des sous-produits de la distillation et correspondent à la phase aqueuse chargée en molécules aromatiques. Cependant, comme la plupart des composés aromatiques sont insolubles dans l’eau, les hydrolats contiennent une très faible quantité de ces composés et sont donc beaucoup plus doux que les huiles essentielles. De ce fait, ils sont souvent une bonne alternative aux huiles essentielles pour certaines personnes, comme les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées.

Attention aux fausses huiles essentielles

Certains vendeurs vendent de fausses huiles essentielles, utilisées comme simple parfum. Celles-ci n’ont aucune qualité thérapeutique et peuvent même être considérées nocives à cause d’ajouts de composants chimiques dangereux.

Comment les détecter ? Eh bien, en vérifiant leurs compositions. On peut y retrouver des composants tels que :

  • Ethylparaben (conservateur toxique).
  • BHT (conservateur toxique).
  • Oxybenzone — Benzopnone-3 (toxique, perturbateur endocrinien).
  • Polysorbate-20 (émulsifiant polluant).
  • Arômes artificiels.

Afin d’être sûr de la qualité de vos huiles essentielles (pures, naturelles et bios), achetez-les auprès d’une boutique bio ou spécialisée. Par exemple, sur Kazidomi par ici.

Quelles sont les différentes voies d’administration ?

En fonction de chaque huile essentielle, le mode d’administration peut varier. Il peut également dépendre de vos préférences, votre sexe, votre âge et vos antécédents médicaux.

  • La voie olfactive : à diffuser et à respirer.
  • L’inhalation.
  • Les voies internes (gouttes, gélules, sirops, sucre, miel, comprimé neutre), par contre on évitera le sucre trop souvent surtout pour les diabétiques.
  • La voie rectale.
  • La voie vaginale.
  • La voie cutanée (massages, compresses).

Quelles sont les précautions indispensables quand on utilise des huiles essentielles ?

Les huiles essentielles sont composées de principes actifs. Ainsi, leur utilisation nécessite une grande vigilance afin d’éviter les incidents.

  • Bien respecter les doses prescrites.
  • Ne pas avaler les huiles essentielles, sauf prescription médicale.
  • Utiliser des huiles essentielles bios et 100 % naturelles. Exit les appellations huiles parfumées, odorantes, mélanges non réalisés avec des HE 100 % naturelles.
  • Acheter des flacons en verre ambré afin de protéger vos huiles essentielles de la lumière. Exit les flacons en plastique ou transparents.
  • Ne pas substituer son traitement médical aux huiles essentielles, sans avis d’un professionnel (médecin, naturopathe…)
  • Ne pas laisser les huiles essentielles à la portée des enfants.
  • Les garder à l’abri de la lumière et de la chaleur.
  • Respecter les bonnes pratiques de conservation pour une utilisation optimale (5 ans légalement, voir plus si bien conservées).
  • Toutes les huiles essentielles sont interdites pendant le 1er trimestre de grossesse. Après, certaines sont autorisées, sous réserve de respecter certaines conditions, notament les posologies et les voies d’administration.
  • Ne pas substituer une huile essentielle à une autre sous prétexte que vous ne l’avez pas et qu’elle pourra la remplacer.
  • Lorsque vous diluez les huiles essentielles, veillez toujours à respecter le ratio une goutte d’HE pour 9 gouttes d’huile végétale.
  • Certaines huiles peuvent être appliquées directement sur la peau, mais d’autres sont dermocaustiques ou nécessitent d’être diluées dans une huile végétale neutre. Bien lire la notice et demandez conseil à votre pharmacien !
  • Ne pas appliquer les huiles essentielles sur les muqueuses.
  • Ne pas « exposer au soleil après une application cutanée d’huile essentielle contenant des Furocoumarines (les huiles essentielles d’agrumes).
  • Se laver les mains après toute utilisation.

Huile essentielle pin

Les 5 huiles essentielles indispensables à avoir sous la main

  • Arbre à thé : antiseptique, anti-inflammatoire. Anti-infectieux à large spectre, particulièrement indiqué en cas de surinfections bactériennes.
  • Lavande officinale : anxiolytique, apaisante et calmante. C’est la base de l’armoire à pharmacie. Très appréciée dans les troubles liés à l’anxiété, contre tous les petits problèmes de peau, les coups de soleil et digestion difficile. Elle permet même de lutter contre les poux et les piqûres d’insectes.
  • Ravintsara : anti-infectieux de type antiviral, excellent pour tous les états grippaux.
  • Menthe poivrée : antalgique et anti-inflammatoire. Pour soulager les migraines et les maux de tête, vous pouvez en mettre quelques gouttes directement sur les tempes. Idéale aussi pour favoriser la digestion et contre le mal des transports.
  • Hélychrise italienne : Anti-hématomes, anti-inflammatoire. Elle a d’excellentes vertus cicatrisantes sur les plaies et les brûlures, mais aussi sur les fractures ou les entorses. En cas d’hématomes ou de contusions (coups, bleus). Appliquer directement sur l’hématome, ce qui aide à le résorber rapidement. Défibrosante, elle permet aussi d’atténuer les cicatrices chéloïdes (les cicatrices bombées).