L’entomophagie, qui n’est autre que la consommation d’insectes, s’est progressivement invitée dans notre régime alimentaire ces dernières années. Et ce n’est pas sans raison. En effet, les insectes sont très intéressants d’un point de vue nutritionnel. Le criquet chapuline contiendrait par exemple 35 % à 48 % de protéines, contre 19 % à 26 % pour le bœuf cru en quantités égales. L’apport calorique du ver de palmier frais, quant à lui, s’élève à 685 kcal pour 100 g. Et les grillons, d’un poids de 100 g seulement, sont une très bonne source de vitamine B2 (3,2 mg), de calcium (125 mg) et de fer (5 mg).

Il n’est donc pas étonnant que l’entomophagie gagne de plus en plus en popularité. D’autant que la grande majorité des insectes proposent une forte teneur en graisses saines et peuvent être une source précieuse de vitamines et de minéraux.

Qu’est-ce que l’entomophagie ?

L’entomophagie est tout simplement un terme qui fait référence à la consommation d’insectes par l’être humain. Bien que ce ne soit pas une culture très populaire en France, et en Europe en général d’ailleurs, manger des insectes est une pratique très courante dans d’autres pays. Les larves et les nymphes de guêpes sont par exemple très appréciées au Japon. En Chine, c’est le thé aux vers qui est le plus impressionnant. Il est consommé principalement pour ses vertus diététiques et thérapeutiques.

La consommation d’insectes est également très fréquente en Thaïlande, qui est aussi le premier consommateur d’insectes au monde. Le pays a intégré ces petites bêtes dans sa gastronomie locale, dont le criquet en est l’ingrédient phare. Il vient dans la composition à la fois de plats salés et sucrés.

Depuis des milliers d’années, l’entomophagie est aussi très commune en Afrique où les chenilles et les termites sont les plus populaires. On connaît d’ailleurs très bien les chenilles du Congo, le Nsenene (sauterelle) d’Ouganda et les vers mopane de la région sud du continent.

Tout cela pour dire que l’entomophagie ne date pas d’hier, mais ce n’est que depuis peu que la communauté scientifique s’intéresse à elle. Ce qui fait que les données et les études concernant le sujet ne sont pas encore des plus complètes à ce jour.

Insectes comestibles

Quelles sont les espèces d’insectes comestibles ?

Manger des insectes est certes une manière un peu curieuse de s’alimenter, mais il s’agit d’une réelle alternative au « manger mieux ». Après tout, l’entomophagie procure de nombreux avantages.

Les grillons, les sauterelles, les nymphes de libellules, les chenilles et bien d’autres encore possèdent par exemple une quantité de protéines pouvant aller jusqu’à 70 % de leurs poids. Les apports énergétiques des insectes sont également très intéressants. Une fois cuits, une dizaine de criquets offriraient notamment la même valeur énergétique que 110 g de bifteck. Sans parler bien évidemment des vitamines, des minéraux, des acides aminés et des acides gras essentiels qu’ils renferment.

Cependant, il existe plus de six millions d’espèces d’insectes recensées jusqu’à aujourd’hui et elles ne sont pas toutes comestibles. L’université de Wageningen aux Pays-Bas est la première source qui dénombre les insectes à manger, et dans sa liste figurent à ce jour plus de 2000 variétés.

Parmi les insectes les plus consommés en ce qui concerne l’entomophagie, on retrouve :

  • Les coléoptères (31 %), principalement les scarabées ;
  • Les lépidoptères (18 %) comme les papillons qui sont consommés lorsqu’ils sont encore des chenilles ;
  • Les hyménoptères (14 %) composés notamment de larves d’abeilles, de guêpes et de fourmis ;
  • Les orthoptères (13 %), dont les fameux sauterelles, criquets et grillons ;
  • Les hémiptères (10 %) tels que la punaise d’eau géante, la cochenille ou encore la cigale.

Manger des insectes, LA solution pour le futur

L’entomophagie n’est pas uniquement une solution pour une alimentation saine et équilibrée. Manger des insectes c’est également faire un geste-éco. En effet, votre choix alimentaire n’a pas seulement un impact sur votre santé, mais également sur l’environnement. Nos habitudes de consommation contribuent également à l’émission de gaz à effet de serre plus importante, due à la production, à la gestion des denrées et au gaspillage alimentaire qui devient un problème très sérieux ces dernières années.

La production d’insectes est, quant à elle, bien plus respectueuse de la nature que l’élevage de bétail conventionnel, mais reste une source de nutrition importante. D’ailleurs, les insectes comestibles considérés comme un superaliment par beaucoup.

Insectes comestibles

Sous quelles formes manger des insectes ?

Pour faire court, il n’y a pas de règles spécifiques pour manger des insectes. Vous pouvez cependant les consommer de 3 manières différentes :

  • En farine : elle est ultra-protéinée, pauvre en matière grasse, et s’utilise autant dans la préparation de barres énergétiques qu’incorporée dans des pâtisseries ;
  • En granola : idéal pour un petit-déjeuner riche en nutriments, ce granola très spécial est confectionné à base de poudre d’insectes ;
  • En entier : (bien évidemment !), mais préférez les insectes comestibles bio pour profiter de toutes leurs propriétés nutritionnelles.

Vous pouvez aussi essayer nos 2 recettes :

Attention toutefois, manger des insectes peut également présenter des dangers pour la santé, surtout si vous n’êtes pas expert en la matière. Il ne s’agit donc pas d’attraper les insectes de son jardin et de les cuisiner. Mieux vaut aller dans un magasin spécialisé pour éviter d’ingérer en même temps des parasites transmissibles à l’être humain. Aussi, cela réduira grandement les risques d’allergènes.

Sur la boutique en ligne de Kazidomi, vous pourriez également retrouver la marque française Jimini’s. Elle vous propose une large sélection de produits savoureux et sains à base d’insectes. Et comme la nourriture des insectes peut améliorer encore plus leurs vertus, ces petites gourmandises sont issues de l’agriculture biologique.