OFFRE SPÉCIALE DU MOIS : VOTRE ADHÉSION À 59€ AU LIEU DE 80€

Nos conseils pour se protéger des allergies saisonnières

Santé Bien-être Publié le 30/03/2022
Nos conseils pour se protéger des allergies saisonnières
Les allergies saisonnières se produisent généralement à la même période chaque année. Pour limiter leurs impacts sur la santé, il est donc important d’adopter quelques gestes simples.

Une allergie saisonnière, également appelée rhinite allergique, est une réaction immunitaire provoquée par une hypersensibilité à certaines substances ou agents allergènes. Elle est susceptible de survenir à tout moment et peut causer d’importants problèmes de santé, c’est pourquoi il est primordial de s’en protéger. Dans ce guide, découvrez les différences entre le rhume et l’allergie saisonnière, les symptômes ainsi que les moyens de prévention et de traitement de cette rhinite allergique.

Atchoum ! Rhume ou allergies saisonnières ?

Depuis plusieurs décennies, une montée considérable de la fréquence des allergies saisonnières a été observée. La rhinite allergique a été en effet multipliée par quatre au cours des 30 dernières années. Aujourd’hui, elle toucherait donc plus de 25 % des Français. Aux États-Unis, les allergies saisonnières sont moins courantes bien que 17,9 millions d’adultes en soient touchés, soit 7,8 % de la population.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les allergies figurent aujourd’hui à la quatrième place des maladies chroniques dans le monde (après les cancers, le sida et les maladies cardio-vasculaires). Plus particulièrement, les allergies saisonnières sont des allergies qui surviennent systématiquement chaque année à une période précise et se manifestent surtout par des gênes respiratoires. Cette maladie reste généralement bénigne. Toutefois, il arrive qu’elle soit confondue à tort avec le rhume. Il est donc important d’en faire la distinction.

Il faut tout d’abord savoir que les allergies saisonnières ne résultent pas d’une infection virale. Et même si les symptômes peuvent parfois être similaires, on peut observer des différences notables. Pour les allergies saisonnières par exemple, les sécrétions nasales qui s’écoulent sont claires, contrairement à un rhume qui présente des sécrétions nasales jaunâtres. De plus, le rhume peut être associé à de la fièvre ou des maux divers. Enfin, le rhume et les allergies saisonnières se différencient par leur durée de présence. Plus précisément, l’allergie peut durer plus longtemps en fonction de l’exposition de l’individu à l’allergène.

Quels sont les symptômes de l’allergie ?

Les symptômes de l’allergie sont nombreux. D’ailleurs, toutes les personnes sont susceptibles de contracter la maladie. Néanmoins, il existe des personnes plus à risque comme les individus ayant un membre de la famille allergique, ceux qui sont exposés à la fumée du tabac ou à des taux de pollution aérienne élevée… Parmi les symptômes les plus courants, on peut citer :

  • Les démangeaisons nasales et oculaires
  • La congestion nasale
  • L’écoulement nasal
  • Les éternuements répétitifs
  • Les rougeurs et les picotements aux yeux
  • Le larmoiement
  • La toux allergique
  • L’irritabilité.

Par ailleurs, des troubles de sommeil et la fatigue peuvent se manifester si les symptômes persistent. Dans des cas extrêmes, il peut également y avoir des crises d’asthmes ou d’urticaire.

À quelle période se déclenchent les symptômes ?

En général, les allergies saisonnières sont provoquées par le pollen des arbres, des graminées et des herbacées. Cet allergène pénètre dans le sang à travers la peau, les yeux et les voies nasales ou buccales. Cela entraine la libération de certains composants comme l’histamine et les leucotriènes, responsables des symptômes.

Les symptômes de l’allergie au pollen se déclenchent donc suivant le type d’allergène. Pour les allergies saisonnières liées au pollen des arbres comme le peuplier ou le bouleau, ils apparaissent au début du printemps entre mars et juin. S’il s’agit des allergies aux graminées, on les observe à partir de l’été, entre fin mai et octobre. Et pour les herbacées ou herbes à poux, les symptômes de l’allergie au pollen se manifestent à l’automne.

Quoi qu’il en soit, la rhinite allergique provient de l’allergie au pollen, c’est ce qu’on appelle la pollinose ou le rhume des foins.

Comment prévenir les allergies saisonnières ?

Les allergies au pollen constituent principalement les allergies saisonnières. Plusieurs moyens de prévention existent et tous se rapportent à un même objectif : réduire l’exposition aux allergènes. De ce fait, vous devez :

  • Porter des lunettes de soleil pour éviter l’entrée des spores de pollen dans les yeux.
  • Éviter de sortir par temps venteux notamment après la pluie. En revanche, s'il pleut, les réactions allergiques diminuent fortement car les pollens se retrouvent collés au sol et non plus dans vos bronches. Si vous souhaitez sortir, sortez le matin tôt de préférence
  • Limiter la consommation de tabac.
  • Faire attention aux alertes polliniques et éviter de sortir pendant les pics prévus.
  • Garder les fenêtres fermées (sauf s’il pleut).
  • Utiliser un climatiseur.
  • Éviter de faire sécher le linge à l’extérieur, car il ramasse le pollen.
  • Vous laver souvent les mains.
  • Ne pas tondre vous-même la pelouse.
  • Laver régulièrement les draps, les oreillers et les couvertures.
  • Arracher l’herbe à poux sur les terrains avant sa période de pollinisation.
  • Prendre une douche et rincer les cheveux le soir.
  • Laver régulièrement le nez avec de l’eau salée.
  • Installer dans votre chambre à coucher un purificateur d'air à filtre HEPA pour filtrer les allergènes
  • Surveiller le calendrier pollinique grâce au Réseau National de surveillance aérobiologique

Comment traiter les allergies saisonnières ?

Si vous présentez des symptômes d’allergie au pollen, la prise de médicaments peut vous aider efficacement dans le traitement. Il s’agit notamment des :

  • Antihistaminiques : Ils agissent en bloquant la production d'histamine, une substance qui provoque les symptômes d'allergie. Ils soulagent les éternuements, les écoulements nasaux ainsi que les picotements des yeux et de la gorge.
  • Décongestionnants : Ils diminuent la sensation de nez bouché.
  • Corticostéroïdes : ce sont des médicaments anti-inflammatoires qui bloquent la réaction allergique.
  • Antidégranulants : ce sont des spays nasaux ou des gouttes pour les yeux qui préviennent la libération d'histamine.

Il est alors nécessaire de consulter votre médecin ou allergologue pour des recommandations personnalisées

Chez Kazidomi, on aime prendre soin de vous au naturel, et il existe de nombreux alliés à adopter d’urgence si vous êtes sujets aux allergies saisonnières :

  • Les huiles essentielles pour soigner votre rhinite allergique, par exemple celle de pin sylvestre, ou de menthe poivrée, ou d’arbre à thé. Elles sont antiallergiques, anti-inflammatoires, antihistaminiques et décongestionnantes et permettent de traiter l'irritation des yeux, le nez bouché ou qui coule, ou encore la toux allergique.

    • En massage :

    Mélangez les ingrédients suivants:

Appliquez en massant sur le torse 2 fois par jour.

À ajouter dans un bol d’eau chaude. Inhalez les vapeurs entre 5 et 15 minutes.

Appliquez cette synergie à l’entrée du nez et au niveau des sinus, plusieurs fois par jour si nécessaire.

Attention, les huiles essentielles ont de nombreuses contre-indications et ne peuvent pas être utilisées par tout le monde. Pour plus d’informations, rendez-vous sur nos fiches produits.

  • La compresse d’eau froide pour les yeux : elle permettra de calmer les démangeaisons et les gonflements oculaires. Vous pouvez également imbiber votre compresse d’eau de rose.
  • Le sel et l’eau chaude pour le nez : il vous suffit de dissoudre 1/2 cuillère à café de sel dans 1 mug d’eau chaude (250 ml) et injectez le mélange dans chaque narine. Le sérum physiologique peut également vous aider et est facilement transportable.
  • l’eau de mer : Lavez votre nez au moins deux fois par jour avec un spray nasal isotonique.
  • **L’hydrolat de bleuet** : grâce à ses propriétés astringentes, elle est efficace en lavage oculaire pour lutter contre la conjonctivite. Son application externe permet de réduire l'inflammation et de décongestionner l'œil.

La rhinite allergique peut être traitée en passant par des techniques de médecine alternative telles que l’homéopathiel’acupuncture l’hypnothérapie, les techniques de relaxation, n’hésitez donc pas à vous rapprocher d’un professionnel pour un suivi personnalisé.

La nutrition et les allergies saisonnières

Pour limiter ses réactions aux allergies saisonnières, la meilleure chose à faire est de chouchouter notre système digestif,car ce dernier loge à peu près 70 % de notre système immunitaire. Il est donc primordial d’en prendre soin afin qu’il puisse remplir correctement ses fonctions :

  • absorber les nutriments
  • servir de bouclier de défense contre les agents pathogènes
  • et générer des substances bénéfiques

Bonus si on pense aussi à prendre soin de son foie, car ce dernier exerce un rôle très important dans la digestion.

Il est important de bien se préparer en amont, parfois dès la fin de l’année pour laisser le temps à son corps de s’adapter avant l’arrivée des saisons de rhumes des foins et pollens.

LES ALIMENTS À LIMITER

De nombreux aliments peuvent provoquer des réactions croisées avec les pollens. En revanche, elles sont nombreuses et très variables d’un individu à l'autre, essayez donc de toujours adapter nos conseils à votre propre cas, et d'observer vos réactions allergiques à la suite de certains repas pour identifier les allergènes probables.

Première routine à adopter, limitez la consommation d’aliments encrassants et pro-inflammatoires, qui mettent à mal la santé de notre paroi intestinale, saturent le foie et favorisent l’accumulation des toxines :

  • Les aliments transformés souvent riches en additifs
  • Les produits sucrés et raffinés, qui font grimper votre taux de glycémie, responsable des réactions allergiques et qui aggrave l’inflammation
  • Les produits laitiers
  • Les céréales avec gluten
  • Les protéines animales
  • Les plats trop gras et trop salés
  • Les boissons alcoolisées, qui peuvent causer une dilatation des vaisseaux sanguins et ainsi aggraver les reniflements allergiques.

Il n’est pas interdit d’en consommer mais nous vous invitons à la juste mesure, car le corps est une machine bien faite qui adore l’équilibre.

Certains aliments bons pour la santé sont également à consommer avec grande modération et à personnaliser selon votre tolérance :

  • Limitez par exemple la consommation d’aliments fermentés (choucroute, kéfir, kombucha, kimchi, etc.) : ils nourrissent certes le microbiote avec de bonnes bactéries mais ils peuvent empirer votre état et engendrer des réactions histaminiques. Tout le monde n’y est pas sensible, adaptez à votre propre situation.

-Évitez également les plats très épicés. Les piments contiennent de la capsaïcine, une molécule qui a tendance à favoriser les symptômes allergiques.

-Si vous êtes allergique aux graminées (rhume des foins), il vaut mieux éviter également le céleri, les pêches, les tomates et les melons. Il faut aussi surveiller sa réaction aux cacahuètes et tomates.

-Si vous souffrez d’allergies au pollen d’ambroisies, attention aux bananes, céleri, concombres, melons et courgettes.

-Si vous êtes allergique au pollen de bouleau, noisetier ou d’aulne, mieux vaut ne pas consommer de cerises, de céleri, de pommes, d’amandes, d’abricots, de carottes, de kiwi, de pêche, de pistaches, noisettes et noix.

LES ALIMENTS À FAVORISER

Revenez à une alimentation basée sur du fait-maison, plus respectueuse de votre microbiote, plus riche en densité nutritionnelle et donc grande pourvoyeuse de micronutriments intéressants pour augmenter la résistance de votre organisme :

  • Plats naturels cuisinés maison : les produits cuisinés ou déjà cuits sont souvent très transformés et riches en additifs. Or de nombreux additifs sont allergènes. Ils sont frais et donc moins riches en histamine
  • Féculents complets, non raffinés et à l’IG modéré, pour éviter l’hyperglycémie et l’inflammation qui s’ensuit
  • Une grande part de légumes, cuits si possible de manière hypotoxique, pour faire le plein de vitamines, minéraux et également d’antioxydants, grands combattants des symptômes allergiques
  • Des fruits & légumes riches en vitamines C, tels que les pommes, les oranges, les poivrons rouges, les fraises et les tomates.
  • Une plus grande consommation de protéines végétales (légumineuses & oléagineux). Les protéines végétales doivent être idéalement majoritaires dans la consommation quotidienne de protéines car les protéines animales sont une source facile de toxines supplémentaires et contiennent pour certains des acides gras pro-inflammatoires
  • Un bon apport en oméga-3 car ces derniers sont au contraire anti-inflammatoires et participent à la diminution des symptômes. Si vous ne consommez pas de poissons gras, pensez à intégrer régulièrement de l’huile de cameline ou de colza ou de lin, ainsi que des graines de chiachanvrelin, ou à vous complémenter.

La nature étant bien faite, de nombreux aliments agissent comme de véritables alliés pour soutenir votre organisme dans sa lutte contre les rhinites saisonnières :

  • Le curcuma : non seulement c’est un super aliment pour diminuer l’inflammation grâce à son principe actif, la curcumine, mais il aide aussi à diminuer les symptômes associés aux allergies. Le curcuma agit un peu comme un anti-histaminique. Vous pouvez l’utiliser en poudre ou en complément pour une version plus efficace car sa curcumine est faiblement assimilable. N’hésitez pas non plus à ajouter quelques tranches fraîches avec du gingembre frais dans vos plats ou en décoction.
  • Les aliments riches en vitamine E (avocats, grains entiers, germes de blé, oléagineux, oeufs, abricots secs, légumes à feuilles vertes, etc.). Cette vitamine permettrait de faire baisser de 30% les réactions allergiques chez les personnes qui y sont sujettes
  • Le miel : le miel est un alicament à lui tout seul. Il aide à diminuer les symptômes d’allergie au pollen de manière significative. Partez sur du miel local afin qu’il soit efficace pour diminuer vos symptômes. Pensez également à l’utiliser en prévention car en ingérant ce miel, vous améliorerez votre immunité face au pollen de votre région.
  • Le vinaigre de cidre : l’ingestion de 1 à 3 cuillères à soupe de vinaigre de cidre de pomme dans un verre d’eau 3x/jour durant la crise diminue de façon significative les symptômes d’allergies chez plusieurs personnes, en prenant soin de vous tourner vers un produit non pasteurisé. Il contient en effet des composés naturellement antibiotiques et antihistaminiques ****
  • La pomme (avec la peau) : cette dernière est riche en quercétine, un flavonoïde qui soutient le système immunitaire et aide à minimiser la réponse allergique. C’est un puissant antioxydant qui va jouer le rôle d'un anti-inflammatoire lors de pics allergiques. En plus de vous soulager des maux propres aux allergies saisonnières (picotements du nez, nez qui coule, yeux qui larmoient, éternuements, gorge irritée), la quercétine retarde l'apparition de l'histamine, cette molécule évoquée plus haut qui cause nos réactions allergiques.Vous la trouverez également dans l’oignon rouge, l’ail, le raisin rouge ou encore le curcuma.

Côté boissons

Il existe également de quoi faire pour vous soulager. D’ailleurs, rien que de boire chaud est une bonne habitude à prendre car cela aide à diminuer le mucus et donc atténuer la congestion.

N’hésitez pas à faire le plein de :

  • Thé vert : ce dernier contient des EGCG (épigallocatéchine gallate ) qui aident à neutraliser la réponse allergique et à ralentir la réponse histaminique. Ce sont aussi de puissants antioxydants ayant une action anti-inflammatoire.
  • Camu-camu : cette poudre est à verser dans un verre d’eau ou à ajouter dans votre smoothie. Elle est extrêmement riche en vitamine C qui va vous aider à fournir de l'énergie à votre système immunitaire, particulièrement sollicité lorsqu'il est en contact avec les allergènes. En outre, la vitamine C a une action anti-histaminique naturelle en bloquant la sécrétion de l'histamine par les globules blancs.
  • Jus d’aloe vera : il est riche en nutriments essentiels qui aident à renforcer le système immunitaire. Grâce à sa teneur élevée en composés anti-inflammatoires et apaisants il réduit les symptômes et crée une barrière contre les micro-organismes infectieux. ****
  • Gingembre, en décoction : coupez des tranches du rhizome de gingembre et faites-les bouillir dans de l’eau chaude pendant 20 minutes. En plus de favoriser la motilité intestinale, le gingembre détend les voies nasales
  • Tisane de menthe poivrée : ses principes actifs peuvent aider à inhiber l'activité et la sécrétion des enzymes comme l'histamine qui provoque cette fameuse réponse inflammatoire quand vous êtes en contact avec l'allergène
  • Jus d’oignon maison : peu appétissant certes, mais si efficace ! Il suffit de laisser infuser l’oignon dans 1 L d’eau pendant toute une nuit et d’en boire à deux reprises dans la journée. L’oignon contient des composés sulfurés aux propriétés anti-inflammatoires intéressants dans la lutter contre les rhinites allergiques.

Côté compléments & plantes :

  • La spiruline : cette cyanobactérie connue pour son effet sur l’immunité a montré dans les études son efficacité sur la diminution des symptômes de la rhinite, avec l’avantage de ne pas provoquer de somnolence, contrairement aux anti-histamiques.
  • La quercétine : cet antioxydant évoqué précédemment est capable d’inhiber la sécrétion d’histamine, une substance qui, pour rappel, est produite par le système immunitaire et qui est à l’origine des troubles allergiques. Elle permet ainsi de diminuer les symptômes de le rhinite allergique et a en prime un effet bénéfique sur une molécule qui impacte négativement le niveau de stress oxydant lié à l'asthme.
  • La **vitamine D** : remise un peu au devant de la scène depuis le COVID, cette vitamine est primordiale pour de nombreuses fonctions dont l’immunité. Le manque de vitamine D pourrait augmenter le risque d’éczéma et d’allergies et aggraver les symptômes. Or nous sommes nombreux à en manquer. N’hésitez pas à procéder à un bilan sanguin et à vous complémenter en fonction.
  • L’ortie (Urtica dioica) **** : elle inhibe les récepteurs de l'histamine et régule la production des prostaglandines de l'allergie (les prostaglandines sont les molécules responsables de phénomènes inflammatoires). Elle permettait de réduire les symptômes de la rhinite.
  • Le desmodium : les problèmes allergiques peuvent être un signe que votre foie est engorgé. De ce fait, il a a du mal à gérer certaines toxines qui repartent en circulation dans le sang et peuvent atteindre la sphère oculaire, résultant en une conjonctivite par exemple. Le desmodium est une arme hépato-protectrice par excellence qui va soutenir le foie pour lui permettre de se régénérer. Il permet aussi d’inhiber l’action de l’histamine.
  • Les probiotiques : les probiotiques sont des bactéries vivantes que l’on trouve dans notre flore intestinale et qui participent à la santé de notre microbiote. Des études ont montré que l'utilisation de certaines souches de probiotiques en cure de 8 semaine en pleine saison pourrait permettre de diminuer les réactions allergiques saisonnières et d’améliorer le confort de vie. Les souches qui se sont montrées les plus efficaces sont les suivantes :
    • Lactobacillus acidophilus
    • Lactobacillus paracasei
    • Lactobacillus casei
    • Lactobacillus rhamnosus
    • Bifidobacterium longum
    • Lactobacillus johnsonii EM1
    • Lactobacillus gasseri
    • Bacillus clausii
    • Escherichia coli Nissle
  • La pétasite : cette jolie plante à fleurs s’est avérée intéressante pour traiter les rhinites allergiques et améliorer les symptômes.

Vous voilà paré(e) pour affronter le printemps !

Prenez soin de vous

Lucile, experte nutrition Kazidomi

Références:

D J Palmer, T Sullivan, M S Gold et al. Effect of n-3 long chain polyunsaturated fatty acid supplementation in pregnancy on infants’ allergies in first year of life: randomised controlled trial. BMJ 2012;344:e184.

Singh A, Hacini-Rachinel F, Gosoniu ML, Bourdeau T, Holvoet S, Doucet-Ladeveze R, Beaumont M, Mercenier A, Nutten S. Immune-modulatory effect of probiotic Bifidobacterium lactis NCC2818 in individuals suffering from seasonal allergic rhinitis to grass pollen: an exploratory, randomized, placebo-controlled clinical trial. Eur J Clin Nutr. 2013 Jan 9.

Amestejani M, Salehi BS, Vasigh M, Sobhkhiz A, Karami M, Alinia H, Kamrava SK, Shamspour N, Ghalehbaghi B, Behzadi AH. Vitamin d supplementation in the treatment of atopic dermatitis: a clinical trial study. J Drugs Dermatol. 2012 Mar 1;11(3):327-30.

Nicholas J. Osborne, Obioha C. Ukoumunne, Melissa Wake, Katrina J. Allen. Prevalence of eczema and food allergy is associated with latitude in Australia. Journal of Allergy and Clinical Immunology, , Available online 1 February 2012.

Singh A, Hacini-Rachinel F, Gosoniu ML, Bourdeau T, Holvoet S, Doucet-Ladeveze R, Beaumont M, Mercenier A, Nutten S. Immune-modulatory effect of probiotic Bifidobacterium lactis NCC2818 in individuals suffering from seasonal allergic rhinitis to grass pollen: an exploratory, randomized, placebo-controlled clinical trial. Eur J Clin Nutr. 2013 Jan 9.

Peng Y, Li A, Yu L, Qin G. The role of probiotics in prevention and treatment for patients with allergic rhinitis: A systematic review. Am J Rhinol Allergy. 2015 Jul-Aug;29(4):292-8. doi: 10.2500/ajra.2015.29.4192. Review.

Dennis-Wall JC. Probiotics (Lactobacillus gasseri KS-13, Bifidobacterium bifidum G9-1, and Bifidobacterium longum MM-2) improve rhinoconjunctivitis-specific quality of life in individuals with seasonal allergies: a double-blind, placebo-controlled, randomized trial. Am J Clin Nutr. 2017 Feb 22. pii: ajcn140012. doi: 10.3945/ajcn.116.140012. [Epub ahead of print]

Singh A, Hacini-Rachinel F, Gosoniu ML, Bourdeau T, Holvoet S, Doucet-Ladeveze R, Beaumont M, Mercenier A, Nutten S. Immune-modulatory effect of probiotic Bifidobacterium lactis NCC2818 in individuals suffering from seasonal allergic rhinitis to grass pollen: an exploratory, randomized, placebo-controlled clinical trial. Eur J Clin Nutr. 2013 Jan 9. souches à essayer

Schapowal A; Petasites Study Group. Randomised controlled trial of butterbur and cetirizine for treating seasonal allergic rhinitis. BMJ. 2002 Jan 19;324(7330):144-6.

Gray RD, Haggart K, et al. Effects of butterbur treatment in intermittent allergic rhinitis: a placebo-controlled evaluation. Ann Allergy Asthma Immunol. 2004 Jul;93(1):56-60.

Lee DK, Gray RD, et al. A placebo-controlled evaluation of butterbur and fexofenadine on objective and subjective outcomes in perennial allergic rhinitis. Clin Exp Allergy. 2004 Apr;34(4):646-9.

Schapowal A; Study Group. Treating intermittent allergic rhinitis: a prospective, randomized, placebo and antihistamine-controlled study of Butterbur extract Ze 339.Phytother Res. 2005 Jun;19(6):530-7.

Guo R et al : Herbal medicines for the treatment of allergic rhinitis: a systematic review. Ann Allergy Asthma Immunol. 2007 Dec;99(6):483-95.

Qui sommes-nous ?

Kazidomi est un e-commerce proposant plus de 4000 produits sains à petits prix

Newsletter

Recevez toutes les news et les offres Kazidomi en exclusivité !

Kazidomi logo

Economisez jusqu'à 50% sur tous vos achats

L'adhésion Kazidomi vous offre:

  • Des réductions jusqu'à 50% sur plus de 4000 produits sains, naturels, moins transformés et au prix juste
    Jusqu'à - 50% sur tous les produits
  • Livraison express neutre en carbone offerte dès 69€ en point relais
    La livraison gratuite en point relais dès 69€
  • Des surprises dans vos colis
    Des surprises dans vos colis
  • Des avantages exclusifs chez plus de 10 partenaires
    Des avantages exclusifs chez plus de 10 partenaires
  • Accès à des promotions et bons plans en continu
    Accès à des promotions et bons plans en continu

Choisissez votre formule

  • Promo

Sélectionner une langue ou un pays

Panier d'achat 0